K
K

Karym Bagoee Photography

Personal Work

Dans sa série "adorés mais sacrilèges", Karym Bagoee ne cherche pas à présenter une image de la femme fétichisée, mais à multiplier les marques du sculpteur qu’il devient sur le corps des modèles qu’il photographie. Son appareil ne sert pas à documenter le regard du voyeur fasciné, mais se fait instrument du facteur "fétiche" qui révèle l'empreinte et la relation aux modèles qui se « plient » à son jeu – à leur jeu. « La photographie, ce n’est pas une technique, nous dit Karym Bagoee de sa pratique, c’est une narration. » Il n’y a plus simplement « prise de vue » dans le sens d’une capture mécanique d’une image lointaine et « objective », mais sculpture du corps par la scénographie et le dispositif photographiques. Il n’y a pas non plus taille d’une silhouette parfaite, mais désarticulation, démembrement et recomposition parfois des corps devenus hybrides, mi chair / mi fétiches, à la façon de "cadavres exquis" – adorés mais sacrilèges. Simplement, l’impression ainsi produite n’est pas l’effet d’une pratique automatique du collage à la façon des surréalistes, mais une découpe des corps par l’ajout d’éléments vestimentaires qui les transforment et les rendent hybrides, conséquence finale et non méthode de travail: 

Le photographe se fait conducteur de rituel, styliste d'une liturgie tout à fait inédite.

Jedediah Sklower

 

In his series of “worshipped yet sacrilegious”, Karym Bagoee does not present an image of the fetishized woman, as much as he multiplies the marks on the bodies of the models he not only photographs, but sculpts. His camera is not used to document the fascinated voyeur: it becomes an instrument of the fetish maker, which reveals the imprints of his work and of his relationship to the women who follow the rules of his game – of their game. “Photography is not a technique”, he says about his practice, “it’s a narration.” It is no longer merely a mechanical capture of an isolated and “objective” image, but the remaking of a body by an active scenography: the setting and modeling shape the photographic moment. This is not the casting of a perfect silhouette, but the disarticulation, the dismemberment and the reconstruction of the bodies which become hybrid, half flesh / half fetish, resembling the “exquisite corpse” – worshipped yet sacrilegious. The impression thus created is unlike that of the  practice of automatic collage as it was developed and treated by the surrealists. Karym Bagoee transforms his subjects, cross-breeds them by subjecting them to extremes of dress.

 

Jedediah Sklower_

 

Prendre rendez-vous

Utilisez notre formulaire de contact pour prendre rendez-vous,

Contact

Karym Bagoee

Paris

Contactez nous par téléphone ou remplissez notre formulaire en ligne.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Karym Bagoee 2013 Tous droits réservés